Interview de Gabriel Loisy, auteur de Strada Bucur

Interview de Gabriel Loisy, auteur du livre Strada Bucur.google+

WeLovePhoto – Vous en tant que photographe et votre style: Quelle est votre expérience en photographie? Quand avez-vous commencé et pourquoi? Qui sont les photographes qui vous inspirent le plus? Quel matériel photo spécifique avez-vous utilisé pour réaliser cette série ?

J’ai commencé la photographie argentique en 2006 avec de la photos de rue, très vite je me suis intéressé à la photo sociale et au reportage plus particulièrement. Je suis devenu professionnel  peu après. Je suis influencé par de grands photographes comme Raymond Depardon, James Nachtwey ou encore Patrick Chauvel. Il y a aussi de très bons photographes dans la nouvelle génération que j’aprécie particulièrement. Strada Bucur est mon premier projet réalisé en numérique. J’ai utilisé un 50D et 7D de chez Canon.

Capture d’écran 2013-12-04 à 14.58.11

WeLovePhoto – La série de photos dans votre livre: Pourquoi se lancer dans un tel projet? Quel est votre message à travers ces photos? Votre source d’inspiration?

J’ai rencontré les jeunes de la Fondation Parada courant 2007, au cours de l’une de leur tournée annuelle en France.  Ils jouaient leur spectacle de cirque dans un petit village des Vosges. J’ai passé une semaine à les photographier. Il se trouve que la Fondation Parada aidait ces jeunes, qui vivaient initialement dans la rue à Bucarest, à retrouver une vie « normale ». En 2009, je suis parti vivre en Roumanie, à Bucarest, pour mieux comprendre leur quotidien, leur parcours. J’ai eu envie de raconter leur histoire et de montrer les actions de la Fondation Parada qui lutte pour la réinsertion des ces jeunes.

Capture d’écran 2013-12-04 à 14.57.23

WeLovePhoto – Votre expérience du livre: Pourriez-vous s’il vous plaît décrire en quelques mots votre expérience pour créer un livre? Critères de sélection des photos, de construction de l’ouvrage? Pourquoi L’auto-édition? Que recommandez-vous de faire avant de créer un nouveau livre?

A mon retour de Bucarest, je n’avais pas énormément de temps pour finaliser le livre. J’avais déjà  selectionné les photos au fur et à mesure du projet pour plus de facilité. Pour la mise en page je voulais vraiment faire quelque chose de simple et de sobre. Le plus long était la traduction des textes (en anglais et en roumain). Je voulais que le livre soit accessible au plus grand nombre. L’objectif était qu’aussi bien en France et en Roumanie, les gens puissent le lire. Il se trouve qu’en Roumanie, les jeunes qui vivent dans la rue sont ignorés et marginalisés. Ainsi, j’ose espérer que les personnes qui détiennent ce livre peuvent avoir une nouvelle vision de tout cela. Le livre a était financé par un programme européen (Youth in action). La limite de l’auto-edition, de mon point de vue, c’est la difficulté qu’il y a ensuite pour diffuser le livre.

Capture d’écran 2013-12-04 à 14.58.32

WeLovePhoto – Quelle est la prochaine étape: Quels sont vos prochains projets de photos? Des projets de nouveaux livres?

Je n’ai pas de nouveau livre en préparation. Je suis actuellement en train de préparer un web-doc sur le handicap et l’accessibilité des personnes handicapées en général. J’espère avoir la chance un jour de refaire un livre car j’aime vraiment ce support qui reste dans le temps.

Bio de Gabriel Loisy : 

Né à Epinal, dans l’Est de la France, en 1984, Gabriel Loisy a quitté ses études de dessinateur industriel pour se consacrer entièrement à la photographie. Il s’est tout de suite intéressé aux sujets relevant de l’exclusion sociale. En 2006, il travaille sur le regard des passants face aux SDF dans les rues de la ville de Nancy. Une rencontre avec la fondation PARADA va alors changer sa vie: il quitte la France direction Bucarest où il retrouve ce même phénomène amplifié face aux enfants des rues de la capitale roumaine. Son témoignage est retracé dans un livre intitulé « Strada Bucur« , qui signifie « Rue de la joie » en Roumain.

Pour Gabriel Loisy, la photographie est un moyen de mettre en avant ce que la majorité des gens refuse de prendre en compte au quotidien.

Son travail artistique valorise également les rencontres qu’il fait avec ces personnes marginalisées. Il nous invite à le suivre, à partager ces tems de discussion. L’esthétique de ces prises de vue rend compte de la relation qui s’est installée entre la personne photographiée et lui.

Pour plus d’info sur le livre et l’auteur : http://cargocollective.com/GabrielLoisy/Livre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *