Interview de Pierre Schmidt, auteur de Chemin(S)

Pierre SchmidInterview de Pierre Schmidt, auteur de Chemin(S) , nous a fait le plaisir de répondre à quelques questions qui vous permettrons de mieux le connaître et de comprendre sa démarche.

WeLovePhoto – Vous en tant que photographe et votre style: Quelle est votre expérience en photographie? Quand avez-vous commencé et pourquoi? Qui sont les photographes qui vous inspirent le plus? Quel matériel photo spécifique avez-vous utilisé pour réaliser cette série ? 

Je suis photographe amateur, j’ai suivi différents stages de destin sensible sur Villeneuve d’ascq dont un avec Gildas Lepetit Castel qui est devenu un ami. J’ai toujours été plus attiré par la photo de paysages, par le voyage et c’est vraiment l’écosse qui m’a donnée envie de passer à un vrai travail photographique. Pour ce livre, j’ai utilisé un boitier Canon 600D et un objectif 17.40: pour les photos paysages  la focale de 17 et pour les photos plus intimistes celle de 40.

J’aime beaucoup le travail Noir et Blanc de Gildas Lepetit Castel ou Bernard Plossu. L’univers de Martin Parr me plait beaucoup aussi. Et évidemment les extérieurs de Salgado ou Ansel Adams.

WeLovePhoto – La série de photos dans votre livre: Pourquoi se lancer dans un tel projet ? Quel est votre message à travers ces photos? Votre source d’inspiration?

Ma source d’inspiration à la base est la découverte du livre de Charles Nodier paru en 1821, « promenade de Dieppe aux montagnes d’Ecosse. J’ai toujours été habité de sensations, de sentiments très forts lorsque je parcours l’écosse, ce que je fais une à deux fois par an depuis 2007. Et les mots de Nodier épousent ce que je ressens là bas. Mais plus encore, la lecture de son journal de voyage m’a éclairé sur l’aspect intime de ce que vit un voyageur seul dans ses contrées. Ce projet est le reflet de ce journal , à la fois la description des paysages, les impressions d’un voyageur mais aussi l’intimité de l’homme face à cette nature si forte.

WeLovePhoto – Votre expérience du livre: Pourriez-vous s’il vous plaît décrire en quelques mots votre expérience pour créer un livre? Critères de sélection des photos, de construction de l’ouvrage? Pourquoi L’auto-édition? Que recommandez-vous de faire avant de créer un nouveau livre?

Une expérience extraordinaire de neuf mois…la comparaison est évidente avec un enfantement. Elle revient souvent dans la bouche des premiers lecteurs qui ont eu à connaitre la génèse de ce livre. Le choix des photos s’est fait très naturellement en suivant ce fil conducteur du plus superficiel, la beauté simple des paysages, vers le plus intime, les détails d’un cimetière, d’un arbre, d’une ambiance…

Le noir et blanc était une obligation esthétique, elle répondait aussi à une nécessité de cohérence entre le texte de Nodier et les images. L’auto édition est obligatoire pour un premier livre, elle offre toute liberté sur les choix à faire à tous les niveaux formats, qualité de réalisation (j’ai choisi une des meilleures imprimeries pour le travail offset en bichromie, Geers à Gand, qui accepte ce genre de projet à taille humaine).

Cette expérience du passage à l’imprimerie a quelque chose aussi de très touchant et j’ai tenu à suivre l’impression et à vérifier moi même les bons à tirer. Encore une fois, l’image de l’enfantement m’est revenue: une sorte de reconnaissance en paternité. La création d’un livre demande un investissement que je ne pouvais imaginer, financier bien sûr mais aussi personnel: c’est soi que l’on met en avant. Il faut un projet fort, riche pour arriver au bout. Je ne peux que conseiller à chacun de vivre son rêve, s’il est suffisamment grand et de s’entourer de professionnel pour le mener à bien. C’est ce que j’ai fait avec Gildas Lepetit Castel qui a déjà édité 14 ouvrages et qui a publié « concevoir son livre de photographie » aux éditions Eyrolles

WeLovePhoto – Quelle est la prochaine étape: Quels sont vos prochains projets de photos? Des projets de nouveaux livres?

La prochaine étape est le public, je n’aime pas dire la vente, même s’il s’agit de cela. C’est de toucher les gens avec ce texte et ces photos. Les premiers retours sont extrêmement positifs et les libraires font un très bon accueil à ce livre, j’en suis plus qu’heureux.

Mes prochains projets photos….de la couleur, la côte d’opale et la massif de l’Esterel. Pas de livre prévu, il me faut d’abord faire vivre « mon enfant » et lui laisser le temps de trouver son Chemin avant de reprendre le mien.

Pour achetez ou commander le livre. retrouvez-le sur la page Chemin(S).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *