Eastern Excursions, de Tyler Van Orden

Eastern Excursions

Eastern ExcursionsEastern Excursions, de Tyler Van Orden, présente les photos d’un voyage à travers l’Asie (Vietnam, Laos, Cambodge, Thaïlande, Philippines, Indonésie, Corée du Sud, Japon, Sri Lanka). Classique, me direz-vous?
C’est vrai que l’Asie est à la mode depuis quelques temps, et que chaque photographe amateur qui y part en vacances revient avec des centaines de clichés de temples, de paysages somptueux, d’enfants au regard mélancolique…

Et bien Tyler Van Orden échappe à la règle, parce que s’il ramène en effet beaucoup de clichés de son voyage, il nous en présente une sélection épurée qui résume chaque pays. La mise en page est minimaliste, ce qui est plutôt rare pour ce genre d’ouvrages, ce qui apporte une réelle fraîcheur et empêche la lassitude! On attend une possible suite sur d’autres continents avec beaucoup d’impatience!

Retrouvez Tyler Van Orden sur Flickr

bouton-

Eastern Excursions

Eastern Excursions

Eastern Excursions

Interview de Rodolphe Faure, auteur du livre « Nus dansés »

Il y a quelques jours, nous vous avions présenté le livre de Rodolphe Faure, auteur de Nus rodolphe fauredansés. Rodolphe nous présente aujourd’hui sa démarche artistique et technique de prises de vues sur les contours du corps en mouvement ou en poses gracieuses ainsi que son parcours d’auteur qui a choisi l’auto-édition :

WeLovePhoto – Vous en tant que photographe et votre style: Quelle est votre expérience en photographie? Quand avez-vous commencé et pourquoi? Qui sont les photographes qui vous inspirent le plus? Quel matériel photo spécifique avez-vous utilisé pour réaliser cette série ?

Après avoir fait de la photo du temps de l’argentique lorsque j’étais étudiant, c’est l’arrivée d’Internet et du numérique qui m’ont donné l’envie de poursuivre cette passion. L’image et plus précisément la photographie m’ont toujours intéressé avec comme sujet de prédilection la femme et le corps féminin. Du portrait au nu, c’est pour moi une source d’inspiration inépuisable et quoi de plus beau que d’essayer des les sublimer ?
Depuis une dizaine d’années donc je travaille avec des modèles sur différents thèmes et dans différents lieux. Un travail sur l’expression et l’émotion que peut procurer une photo. Les photographes qui m’ont toujours accompagné sont Sieff, Jonvelle ou Newton pour ne citer que les plus connus avec pour chacun d’eux un regard différent sur les femmes.
Je travaille généralement hors studio en lumière naturelle, apprendre à l’apprivoiser et s’adapter à ce qu’elle nous offre fait parti du plaisir du travail réalisé avec le modèle.
Pour certaine série, comme c’est le cas ici avec les « Nus dansés » je rentre en studio pour avoir un rendu très précis sur l’éclairage.
Capture d’écran 2014-01-14 à 20.21.35
WeLovePhoto – La série de photos dans votre livre: Pourquoi se lancer dans un tel projet ? Quel est votre message à travers ces photos? Votre source d’inspiration?
Cette série est née suite à un stage de travail sur la lumière et du rendu que l’on peut obtenir à partir de 4 flashs minutieusement placés sur les côtés et derrière le modèle. Ca c’est pour la partie technique. Pour ce qui est de l’artistique il y a tout un travail que je trouve passionnant sur l’expression corporelle à partir de la danse. L’idée est de dessiner les contours du corps en mouvement ou en poses gracieuses. C’est l’élégance et la finesse qui m’ont guidé pour cette série. Trois modèles différents avec des anatomies différentes se complètent pour ces différentes poses. Nous avons travaillé à la fois à partir de poses choisies et toujours avec une partie d’improvisation à deux.
Capture d’écran 2014-01-14 à 20.21.12
WeLovePhoto – Votre expérience du livre: Pourriez-vous s’il vous plaît décrire en quelques mots votre expérience pour créer un livre? Critères de sélection des photos, de construction de l’ouvrage? Pourquoi L’auto-édition? Que recommandez-vous de faire avant de créer un nouveau livre?
Que cette série donne naissance à ce livre me semblait une évidence afin de résumer un travail qui s’est étalé sur plusieurs mois. Cela permet de mettre un terme à un travail ou de faire un point d’étape avant de poursuivre l’aventure. Cela oblige également à faire un choix de photos, 44 parmi plusieurs centaines. Des photos qu’il faut ensuite placer selon un certain ordre pour qu’elles se répondent ou se complètent suivant les situations. Elles doivent s’imbriquer et non pas se dupliquer.
L’auto-édition permet d’avoir une liberté totale sur l’ensemble de la réalisation, que du plaisir et pas de contraintes. Si je devais donner un conseil pour de personnes qui voudraient se lancer dans la réalisation d’un livre c’est d’être sûr que c’est le bon moment, d’avoir une cohérence dans la série, d’affirmer un point de vue d’auteur et bien sûr d’avoir suffisamment d’images pour ne garder que le meilleur du meilleur. A partir de là le plus dur est fait et ce n’est plus qu’un jeu d’enfant à condition de prendre le temps de la réflexion et de la composition.
Capture d’écran 2014-01-14 à 20.21.49
WeLovePhoto – Quelle est la prochaine étape: Quels sont vos prochains projets de photos? Des projets de nouveaux livres?
Cette série qui a donné naissance à une expo et donc à ce livre m’a donné envie de poursuivre l’aventure dans le domaine de la danse mais avec une autre approche et cette fois en couleur. Je recherche donc des modèles danseuses ou des danseuses qui souhaitent s’essayer à la photo et participer à l’aventure !

 image

 

Pour plus d’info sur Rodolphe Faure : http://www.rodolphefaure.fr

Interview de Réhahn, auteur de Vietnam, mosaïque de contrastes

Nous vous avons récemment présenté le beau livre Vietnam. Son auteur, Réhahn nous dévoile à présent son parcours IMG_1018-2-1photographique et l’aboutissement de son livre.

WeLovePhoto – Vous en tant que photographe et votre style: Quelle est votre expérience en photographie? Quand avez-vous commencé et pourquoi? Qui sont les photographes qui vous inspirent le plus? Quel matériel photo spécifique avez-vous utilisé pour réaliser cette série ?

Réhahn – J’ai appris la photo seul au fil de mes nombreux voyages autour du monde (plus de 30 pays). J’ai d’abord pris des photos de vacances puis après en avoir eu marre de me voir sur toutes les photos, j’ai décidé de m’exclure totalement pour laisser place aux merveilles du monde et aux gens que je rencontrais. J’ai découvert le Vietnam et Cuba il y a 7 ans et j’ai appris l’espagnol, l’anglais et en ce moment le Vietnamien. Ca m’a permis de me rapprocher des gens que je rencontrais et de les photographier plus naturellement. 
En parallèle, quand j’étais encore en France,  j’ai travaillé avec un photographe (Emmanuel le Privé) qui m’a poussé à persévérer dans la photo et à investir dans du bon matériel.  ( Canon 5d Mark II avec 4 objectifs Canon également dont mon favori le 70-200mm en 2.8)
Si j’avais à citer un photographe qui m’inspire beaucoup, je dirais sans aucun doute Manny Librodo qui a fait plusieurs albums sur l’Asie. Son travail est remarquable. Mais ce qu’il fait aujourd’hui m’intéresse moins…

Capture d’écran 2014-01-12 à 21.18.11

WeLovePhoto – La série de photos dans votre livre: Pourquoi se lancer dans un tel projet ? Quel est votre message à travers ces photos? Votre source d’inspiration?

 Réhahn – Le livre s’appelle Vietnam, mosaïque de contrastes. Le Vietnam est à lui seul toute mon inspiration. 54 minorités différentes peuplent ce pays. Des minorités dont les descendants viennent du Tibet, de la Polynésie, de l’Indonésie.. des visages différents, des yeux différents… une multitude de couleurs et de contrastes. Je voyage en moto dans tout le pays ( car j’y réside depuis 2011) et cela me permet de le découvrir en profondeur. Si j’avais un message, ce serait que le Vietnam nécessite plus que deux semaines de vacances pour en voir ne serait-ce que 1%. J’y viens depuis 6 ans, j’y vis depuis 2 ans mais j’ai toujours le sentiment de n’en connaitre qu’une infime partie. C’est une source inépuisable d’inspiration. 

Capture d’écran 2014-01-12 à 21.01.50

WeLovePhoto – Votre expérience du livre: Pourriez-vous s’il vous plaît décrire en quelques mots votre expérience pour créer un livre? Critères de sélection des photos, de construction de l’ouvrage? Pourquoi L’auto-édition? Que recommandez-vous de faire avant de créer un nouveau livre?

Réhahn – J’ai plus de 30 000 photos du Vietnam, j’en poste quotidiennement sur ma page facebook (avec quasiment 30 000 fans)  et cela me permet d’avoir des feedbacks. Cela a influencé mes choix pour la sélection.  Comme je vis au Vietnam, je n’ai pas eu besoin vraiment chercher d’éditeur en France et j’ai donc financé moi-même l’impression. Pour le design, j’ai travaillé avec un designer qui est également photographe et qui tient un magazine en ligne (Camerapixo). Le plus important, c’est la matière! Il faut du contenu et ne mettre que le meilleur de la collection!
Le livre est divisé en 4 parties (les enfants, les personnes âgées, les paysages et les scènes de vie), j’ai une préférence pour les portraits qui représentent 70% de l’ouvrage.

Capture d’écran 2014-01-12 à 21.18.34

WeLovePhoto – Quelle est la prochaine étape: Quels sont vos prochains projets de photos? Des projets de nouveaux livres?

Réhahn – Je viens d’ouvrir une galerie photo à Hoi An et je vais continuer à parcourir le Vietnam pour aller à la rencontre des minorités que je n’ai pas encore rencontré! J’ai également un autre projet de livre sur l’enfance dans les minorités ethniques.  

Prochainement, je voudrais retourner à Cuba et visiter le Tibet. Cela donnera peut être naissance à d’autres ouvrages…   

Capture d’écran 2014-01-12 à 21.18.52

Bio de Réhahn : 

Réhahn est un photographe Français, passionné de voyage et de rencontres humaines.  Après avoir parcouru plus de 30 pays ( Cuba, Brésil, Myanmar, Pérou, Bolivie, Chili, New York, Thailand, Indonésie…), il a fini par s’installer dans la charmante petite ville d’Hoi An au Vietnam. Là-bas, il peut enfin prendre le temps d’aller à la rencontre du peuple Vietnamien et de ses magnifiques paysages. Après avoir eu deux de ses photos choisies dans le National Geographic et avoir fait la UNE de l’ensemble des médias Vietnamien, il décide travailler sur son premier livre VIETMAM, MOSAIQUE DE CONTRASTES, un grand livre photo de 140 pages de photos sur son nouveau pays d’adoption.

Visitez son site : Rehahnphotographer

Soyez fan de sa page sur FB : Réhahn Photography

VIETNAM, Mosaïque de contrastes de Réhahn

Vietnam, mosaïque de contrastes : travail photographique remarquable de Réhahn, un Capture d’écran 2014-01-12 à 21.17.47photographe français passionné de voyage et de rencontres humaines.

Il nous présente une sélection parmi plus de 30.000 photos sur le Vietnam qu’il réalise au fur de ses rencontres insolites. Le livre est divisé en 4 parties : L’enfance, personnes âgées, scènes de vie et paysages.

Voici donc, un grand livre photo de plus de 140 pages sur son nouveau pays d’adoption. Un livre auto-édité et en série limitée à 200 exemplaires.

Nous avons été particulièrement séduit par la beauté des portraits parmi les 54 ethnies minoritaires vietnamiennes aux regards souriants et spontanés ,et par les splendides couleurs de ces paysages.

Int1

Int2

Int3

Pour visualiser le livre ou pour découvrir l’auteur: www.rehahnphotographer

bouton-achat

Nus dansés de Rodolphe Faure

Voici un splendide livre réalisé par Rodolphe Faure sur son sujet de imageprédilection : la femme et le corps féminin. Nus dansés, ce sont des photographies de danseuses réalisées en studio avec un rendu unique monochrome grâce à une technique d’éclairage bien maîtrisée par l’auteur. Mais son travail ne s’arrête pas à la maîtrise de la technique : le volet artistique prend en effet le dessus. Il réalise un travail passionnant sur l’expression corporelle des danseuses en mouvement ou en poses gracieuses.

Capture d’écran 2013-12-25 à 23.00.57

Nous vous invitons à admirer les magnifiques silhouettes gracieuses des danseuses dans son livre artistique Nus dansés.

Capture d’écran 2013-12-25 à 22.45.03

Capture d’écran 2013-12-25 à 22.45.18

Capture d’écran 2013-12-25 à 22.44.08

bouton-achat

 

Pour plus d’info sur l’auteur : http://www.rodolphefaure.fr

Interview de Gilles Vannier, auteur de Itinérêves

Interview de Gilles Vannier, auteur du livre très poétique  » Itinérêves « portrait-2

WeLovePhoto  –  Vous en tant que photographe et votre style: Quelle est votre expérience en photographie? Quand avez-vous commencé et pourquoi? Qui sont les photographes qui vous inspirent le plus? Quel matériel photo spécifique avez-vous utilisé pour réaliser cette série ?

J’ai fait rencontre avec la photographie dès mon plus jeune âge (7-8 ans) grâce à un petit appareil photo du genre « toy camera » que l’on m’avait offert à l’époque. Je me souviens que chaque photo était voilée par la lumière qui s’infiltrait par la fermeture du capot arrière, celui-ci n’étant sans doute pas très étanche. Mais peu importe, le plaisir était là. Pour moi, le simple fait de photographier pour voir ensuite l’image tirée sur papier relevait de la magie. La pratique photographique fait donc partie de mes arts de vivre depuis fort longtemps. L’appareil photo m’est devenu un fidèle compagnon. Il me permet, par l’intermédiaire du regard de m’exprimer comme d’autres le font par l’écriture, le dessin, la peinture, le théâtre…
Quand je photographie, je suis dans l’instant présent, je suis tout simplement « moi ».
Bien plus tard, j’ai découvert le plaisir de développer mes négatifs pour ensuite les tirer sur papier. C’est alors que la chambre noire du laboratoire m’a révélé toute sa magie.
Sans doute que Chema Madoz aura eu une influence sur certaines des photos de la série « itinérêves ». Néanmoins, j’aime bien avoir une vision non sélective sur les photographes et leurs photographies. Certains auteurs peu ou pas connus sont très talentueux. Parmi les photographes connus que je retiens, je citerai Gilbert Garcin, Sebastião Salgado, Raymond Depardon, Klavdij Sluban, Josef Koudelka, Willy Ronis, Edouard Boubat, …
Concernant le matériel utilisé pour réaliser cette série, j’ai eu recours au Pentax K20D, des objectif de la même marque: le transtandard 16-45 mm f 4 et la focale fixe 40 mm f 2,8.
itinérêves-blurb-1

WeLovePhoto – La série de photos dans votre livre: Pourquoi se lancer dans un tel projet ? Quel est votre message à travers ces photos? Votre source d’inspiration?

Au départ, c’était pour mon propre plaisir que je partais à la rencontre de l’insolite au cours de mes balades forestières. Les arbres ont souvent des formes étranges. Elles m’impressionnaient déjà dans certains livres de mon enfance. Quant aux nuages, ils m’ont toujours fasciné. Ce sont de grands voyageurs épris de liberté qui parcourent un monde sans frontière. J’ai plaisir à photographier leurs formes et leurs reflets changeant. Au fil du temps et de mes promenades, alors que le nombre des images progressait, la série s’est imposée d’elle-même. Très vite j’ai éprouvé le besoin d’introduire de petites mises en scène dans certaines d’entre elles afin d’inviter la poésie à y prendre plus de place.

Un couple d’amis ayant vu mes photos m’a proposé de les présenter dans leur galerie. Ce fut pour moi une belle aventure accompagnée de rencontres enrichissantes. Suite à cela, certaines personnes m’ont suggéré de réaliser un livre qui présenterait les photos de l’exposition. L’idée m’a plu. Réaliser le livre serait donc la prochaine étape. Une photographie n’existe vraiment que si elle est montrée. Choisir un beau papier pour cela n’est pas à négliger. De plus, ce support me semble le mieux adapté si l’on désire transmettre ses images aux générations suivantes. Les tirages et les livres sont parfaits pour cela.

Ce livre est avant tout une façon de partager mon ressenti eu égard à la beauté et à la préciosité de la vie sous toutes ses formes. La seule façon de la pérenniser est de la respecter dans sa globalité. Tel pourrait être le message de ce livre.

itinérêves-blurb-3

WeLovePhoto – Votre expérience du livre: Pourriez-vous s’il vous plaît décrire en quelques mots votre expérience pour créer un livre? Critères de sélection des photos, de construction de l’ouvrage? Pourquoi L’auto-édition? Que recommandez-vous de faire avant de créer un nouveau livre?

Savoir prendre du plaisir à la réalisation d’un livre est d’importance pour mener à bien ce projet. Itinérêves est le deuxième livre que je réalise. Autant dire que je n’ai pas une grande expérience dans ce domaine. Néanmoins, avant de créer son propre livre, je pense qu’il est impératif de savoir ce que l’on va y raconter et d’avoir suffisamment de matière pour le faire. Pour cette fois, l’éditing avait déjà été réalisé en amont lors de la sélection des photos à exposer. C’est sans doute l’étape la plus délicate pour bien des photographes. Elle doit se faire sans concession. L’avis d’un regard « extérieur » peut être éventuellement sollicité. Toutefois, la décision finale revient toujours au photographe. Un choix judicieux concernant la place et l’espace des photos dans la page ainsi que dans la chronologie du livre à son importance. Cela permet de conserver un certain rythme à la lecture afin d’éviter l’ennui. Je me suis inspiré d’ouvrages qui me plaisent pour réaliser les mises en page. Concernant la typo, j’en ai choisi une qui m’a paru très lisible et agréable à lire. Comme j’aime les beaux livres, je souhaitais qu’ Itinérêves ait sa place parmi ceux-ci. L’auto-édition chez Blurb m’a permis de mener à bien mon projet en conciliant liberté d’exécution et qualité de fabrication du livre.

itinérêves-blurb-4

WeLovePhoto – Quelle est la prochaine étape: Quels sont vos prochains projets de photos? Des projets de nouveaux livres?

Je n’ai pas de projet particulier pour le moment, même si parfois certaines idées me trottent dans la tête. N’ayant aucun impératif, je me laisse le temps, je laisse « mûrir » tout cela. La précipitation et le rendement ne font pas partie de mes objectifs. Qui vivra verra!

itinérêves-blurb-2

Voici une courte bio de Gilles Vannier :

Je suis né en 1948 au Creusot. J’habite toujours dans la région. J’ai grandi à la campagne où j’ai passé la plus grande partie de mes  vacances à jouer en extérieur. Cela a nourri mon imaginaire. Très jeune, j’éprouvais déjà le besoin de me ressourcer en me connectant à la nature. Je continue encore aujourd’hui. Retraité, j’ai passé toute ma carrière dans la pharmacie. La rencontre avec la clientèle fut pour moi une belle école de vie. Elle a modifié ma façon d’être et de voir le monde. Photographe amateur depuis mon plus jeune âge, je deviens par la suite autodidacte en ce domaine afin de mieux exploiter les possibilités que cette passion me procure.  Avant Itinérêves en 2012, j’avais exposé une série sur les heurtoirs en 2009.

 

Voir également son blog: http://vanniergilles.free.fr

Itinérêves, de Gilles Vannier

Capture d’écran 2013-12-15 à 17.00.32Partons sur les chemins du rêve pour s’émerveiller de petits riens, à la recherche de l’insolite, de l’irréel, de l’impossible qui se laisse voir au travers du regard poétique de Gilles Vannier. Dans son livre Itinérêves composé de superbes images et textes, nous partons voyager dans ces rêves où l’on s’y sent libre.

Pour Gilles Vannier, son livre est avant tout une façon de partager son ressenti à l’égard de la beauté et à la préciosité de la vie sous toutes ses formes. D’après l’auteur, la seule façon de la pérenniser est de la respecter dans sa globalité. Tel pourrait donc être le message de ce livre.

Itinérêves est une magnifique découverte ! Capture d’écran 2013-12-15 à 17.02.18bouton-achat

Capture d’écran 2013-12-15 à 17.01.20

 

 

 

 

 

 

 

Capture d’écran 2013-12-15 à 17.01.43

Capture d’écran 2013-12-15 à 17.01.54

 

 

Interview de Gabriel Loisy, auteur de Strada Bucur

Interview de Gabriel Loisy, auteur du livre Strada Bucur.google+

WeLovePhoto – Vous en tant que photographe et votre style: Quelle est votre expérience en photographie? Quand avez-vous commencé et pourquoi? Qui sont les photographes qui vous inspirent le plus? Quel matériel photo spécifique avez-vous utilisé pour réaliser cette série ?

J’ai commencé la photographie argentique en 2006 avec de la photos de rue, très vite je me suis intéressé à la photo sociale et au reportage plus particulièrement. Je suis devenu professionnel  peu après. Je suis influencé par de grands photographes comme Raymond Depardon, James Nachtwey ou encore Patrick Chauvel. Il y a aussi de très bons photographes dans la nouvelle génération que j’aprécie particulièrement. Strada Bucur est mon premier projet réalisé en numérique. J’ai utilisé un 50D et 7D de chez Canon.

Capture d’écran 2013-12-04 à 14.58.11

WeLovePhoto – La série de photos dans votre livre: Pourquoi se lancer dans un tel projet? Quel est votre message à travers ces photos? Votre source d’inspiration?

J’ai rencontré les jeunes de la Fondation Parada courant 2007, au cours de l’une de leur tournée annuelle en France.  Ils jouaient leur spectacle de cirque dans un petit village des Vosges. J’ai passé une semaine à les photographier. Il se trouve que la Fondation Parada aidait ces jeunes, qui vivaient initialement dans la rue à Bucarest, à retrouver une vie « normale ». En 2009, je suis parti vivre en Roumanie, à Bucarest, pour mieux comprendre leur quotidien, leur parcours. J’ai eu envie de raconter leur histoire et de montrer les actions de la Fondation Parada qui lutte pour la réinsertion des ces jeunes.

Capture d’écran 2013-12-04 à 14.57.23

WeLovePhoto – Votre expérience du livre: Pourriez-vous s’il vous plaît décrire en quelques mots votre expérience pour créer un livre? Critères de sélection des photos, de construction de l’ouvrage? Pourquoi L’auto-édition? Que recommandez-vous de faire avant de créer un nouveau livre?

A mon retour de Bucarest, je n’avais pas énormément de temps pour finaliser le livre. J’avais déjà  selectionné les photos au fur et à mesure du projet pour plus de facilité. Pour la mise en page je voulais vraiment faire quelque chose de simple et de sobre. Le plus long était la traduction des textes (en anglais et en roumain). Je voulais que le livre soit accessible au plus grand nombre. L’objectif était qu’aussi bien en France et en Roumanie, les gens puissent le lire. Il se trouve qu’en Roumanie, les jeunes qui vivent dans la rue sont ignorés et marginalisés. Ainsi, j’ose espérer que les personnes qui détiennent ce livre peuvent avoir une nouvelle vision de tout cela. Le livre a était financé par un programme européen (Youth in action). La limite de l’auto-edition, de mon point de vue, c’est la difficulté qu’il y a ensuite pour diffuser le livre.

Capture d’écran 2013-12-04 à 14.58.32

WeLovePhoto – Quelle est la prochaine étape: Quels sont vos prochains projets de photos? Des projets de nouveaux livres?

Je n’ai pas de nouveau livre en préparation. Je suis actuellement en train de préparer un web-doc sur le handicap et l’accessibilité des personnes handicapées en général. J’espère avoir la chance un jour de refaire un livre car j’aime vraiment ce support qui reste dans le temps.

Bio de Gabriel Loisy : 

Né à Epinal, dans l’Est de la France, en 1984, Gabriel Loisy a quitté ses études de dessinateur industriel pour se consacrer entièrement à la photographie. Il s’est tout de suite intéressé aux sujets relevant de l’exclusion sociale. En 2006, il travaille sur le regard des passants face aux SDF dans les rues de la ville de Nancy. Une rencontre avec la fondation PARADA va alors changer sa vie: il quitte la France direction Bucarest où il retrouve ce même phénomène amplifié face aux enfants des rues de la capitale roumaine. Son témoignage est retracé dans un livre intitulé « Strada Bucur« , qui signifie « Rue de la joie » en Roumain.

Pour Gabriel Loisy, la photographie est un moyen de mettre en avant ce que la majorité des gens refuse de prendre en compte au quotidien.

Son travail artistique valorise également les rencontres qu’il fait avec ces personnes marginalisées. Il nous invite à le suivre, à partager ces tems de discussion. L’esthétique de ces prises de vue rend compte de la relation qui s’est installée entre la personne photographiée et lui.

Pour plus d’info sur le livre et l’auteur : http://cargocollective.com/GabrielLoisy/Livre

Strada Bucur, de Gabriel Loisy

« Strada Bucur » signifie  » rue de la joie » en Roumain. Il s’agit aussi de l’adresse de la fondation Parada à Bucarest qui s’occupe de réinsérer les jeunes et les enfants des rues par le biais du cirque.  De 1967 à 1989, la Roumanie est sous le joug du totalitarisme et de la politique de son dictateur qui a pour ambition de sortir de l’orbite soviétique. Nicolae Ceausescu, instaure une politique nataliste contraignante, interdisant par un décret l’avortement ainsi que la contraception et imposant de sévères restrictions aux modalités de divorce. Les couples sans enfant doivent même payer un supplément d’impôts. La population augmente, au prix de l’abandon de milliers d’enfants par leurs familles, incapables de subvenir à leurs besoins et placés dans des orphelinats d’Etat.

Décembre 1989, la révolution roumaine renverse le dictateur et ouvre les portes des institutions d’Etat, révélant les conséquences dramatiques de la politique de peuplement de Ceausescu. Des milliers d’enfants se retrouvent alors livrés à eux-mêmes, venus de tout le pays, errant dans les rues de la capitale. L’existence et la pérennisation du phénomène des enfants des rues, 20 ans après la chute du régime de Nicolae Ceausescu, est la preuve même du peu d’intérêt dont ce phénomène bénéficie de la part des autorités publiques.

IMG_5035

Encore aujourd’hui, la fondation PARADA lutte au quotidien pour la réinsertion de ces jeunes et leurs propose divers outils qui leur permettent d’acquérir des bases concrètes en vue d’une scolarisation ou d’un première emploi. Les spectacles de cirque, souvent suivis de tournées en Roumanie et à l’étranger, font d’ailleurs partie intégrante de ce cursus d’apprentissage et d’épanouissement.

Gabriel Loisy part en 2013 en Roumanie et réalise un splendide reportage sur la Fondation Parada.  Voici ci-dessous la présentation video de son livre :

 

Le Livre Strada Bucur est disponible sur demande auprès de l’auteur pour seulement 10 euro :

loisy.gabriel@gmail.com. ( 110 pages au format A5)

 

 

Point of Vuth, de VuThéara Kham

Point of Vuth

Point of Vuth, de VuThéara Kham, est le symbole d’une nouvelle génération de livres photos artistiques: ce livre est en effet une compilation de photos prises avec Instagram.

A vrai dire, c’est bien plus que ça, il s’agit d’une magnifique collection d’images qui redéfinit la photographie de rue, en abordant des points de vue très originaux qui abordent la ville, ses habitants, ou des paysages d’une manière très graphique et presque irréelle.

Un régale pour les yeux tout en étant une source d’inspiration pour tous les photographes qui pensent devoir faire des voyages au bout du monde pour rapporter des images originales et insolites.

bouton-achat

Un livre à se procurer absolument! Retrouvez VuThéara sur: http://www.instagram.com/vutheara

Point of Vuth

 

Point of Vuth

Point of Vuth